FOR SALE

1977 Lancia Scorpion / Montecarlo

À VENDRE

 

 

2 L, 155 hp

What the Scorpion should have been!

La Scorpion complètement transformée

****

Lancia Beta

Longer ratio 5th gear conversion

5e plus longue

Gear set for all Lancia Beta models (including Scorpion and Montecarlo). Reduces engine rpm by 700 for much quieter running, 15% less fuel and less wear.

EASY CONVERSION!

Conversion pour toutes les Beta (y compris Scorpion et Montecarlo). Baisse de 700 tours du régime moteur: plus silencieux, 15% d'économie d'essence et moins d'usure moteur. FACILE À INSTALLER!

Info: Lancia 5th Gear

 

 

Allard

Cet article a paru dans La Presse en juin 2004. Depuis lors, l'Allard "canadienne" poursuit sa route sous la direction de Roger Allard, son tenance et courageux créateur et a fait l'objet de nombreux reportages dans des médias internationaux.

Détails, photos, reportages, vidéos sur le site: http://allardj2x.com

 

 

L’épopée Allard : de Sydney à Roger

Alain Raymond, collaboration spéciale, La Presse

 

  

Issu d’une famille aisée de concessionnaires Ford du sud de Londres, Sydney Allard commence sa carrière dans le domaine de l’automobile en 1928 à titre de mécanicien et de pilote amateur. Au volant d’une Morgan, Sydney s’adonne aux « trials », des épreuves tout-terrain, et à des courses sur circuit.

En 1936, Sydney construit la première Allard en puisant dans le stock de pièces Ford de sa concession. Animée par un V8 américain, la voiture s’avère fiable et rapide. Doté d’un couple imposant, le V8 de l’Allard attire l’attention d’autres amateurs de trial, incitant Allard à produire la voiture en petite série.

 

Sydney, un génial constructeur artisanal

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Allard se consacre à la production et à la réparation de matériel militaire et se retrouve, après 1945, en possession d’un important stock de pièces de camions qu’il utilise pour la confection du cabriolet K1. Sur un marché où règne une pénurie de voitures de grande série, Allard fait de bonnes affaires jusqu’au début des années 50 où la concurrence commence à se faire plus vive, notamment de la part de MG et de Jaguar. Pour contrer cette tendance, Allard dévoile le modèle J2, un imposant roadster animé par un non moins imposant V8 Cadillac de 5,4 litres (331 pouces cubes). Moins coûteuse que ses rivales, la J2 affiche des performances époustouflantes qui lui valent une glorieuse troisième place au classement général des 24 Heures du Mans de 1950, un succès qui attire l’attention de noms célèbres, notamment Zora Arkus Duntov, père de la future Corvette, ainsi que les vedettes Clark Gable, Dirk Bogart et Steve McQueen. Allard compte aussi parmi ses admirateurs le jeune Carroll Shelby qui, soit dit en passant, s’inspirera de la formule Allard (gros moteur V8 américain animant un léger roadster anglais) pour créer quelques années plus tard la célèbre Shelby AC Cobra.

En 1959, Sydney Allard raccroche ses patins de constructeur artisanal. Son bilan : 22 modèles, 1901 voitures, dont 83 roadsters J2X et un club sélect de fervents encore actif aujourd’hui, notamment en Grande-Bretagne et en Amérique.

Roger, l’audacieux successeur

De la fin des années 50, passons à la fin des années 90 pour faire la connaissance d’un autre Allard. Spécialiste en communications, ancien parachutiste et plongeur émérite, le Montréalais Roger Allard n’a pas peur du risque. 

Amateur de voitures anciennes, Roger se promet, lors d’un voyage en Grande-Bretagne, de s’offrir une Austin Healey 3000. Par pur hasard, Roger découvre un bouquin traitant des automobiles Allard et, lors d’une balade au célèbre musée Beaulieu, dans le sud de l’Angleterre, il tombe nez à nez avec … une Allard, en l’occurrence une très belle J2 1950.

Séduit par cette découverte, Roger entreprend une recherche en règle sur les voitures portant son nom, une recherche qui l’amène à San Diego, chez Neal Hardy, 69 ans, détenteur des droits de l’Allard J2X et fondateur de Hardy Motors, constructeur réputé de répliques de voitures historiques.

Impressionné par l’enthousiasme et le sérieux du Québécois, Hardy accepte de lui céder les droits de la J2X. Triomphant, Roger Allard revient donc à Montréal muni de ces fameux droits exclusifs, des plans de la J2X et d’une superbe réplique, peinte – évidemment – en British Racing Green (notre photo).

 Commence alors la longue – et parfois tumultueuse – renaissance de la marque Allard, un parcours de cinq ans qui nous amène au jeudi 10 juin 2004, date de la première sortie publique du prototype de la « nouvelle » Allard J2X. Construite en collaboration avec Fédico Inc., une firme d’ingénierie mécanique située à St-Hubert, l’Allard « québécoise » bénéficie de nombreuses améliorations portant sur le châssis, les suspensions et l’habitacle, tout en conservant l’élégante et imposante allure de son ancêtre.

Fidèle à ses origines, l’Allard est animée par un gros V8 américain, le Chevrolet RamJet 350, développant 355 chevaux qui n’auront aucun mal à propulser les 995 kg de la belle anglo-américano-québécoise à des vitesses fort respectables. En option, comme à l’époque de Sydney, le redoutable Chrysler Hemi de 5,7 litres et le magnifique V8 North Star signé Cadillac, le tout arrimé à une boîte manuelle Tremec à 5 vitesses.

Selon Yves Fontaine, fondateur, président et ingénieur en chef de Fédico Inc., lui-même passionné de sport automobile, « notre J2X devrait boucler le quart de mille en moins de 13 secondes et passer de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes… ». Il va sans dire qu’Yves Fontaine, Roger Allard et toute l’équipe de Fédico attendent avec impatience les premiers tours de roues de la J2X qui sont prévus pour cet été.

 Quant aux perspectives commerciales, Roger Allard a fait ses devoirs. Armé d’une étude de marché portant sur la voiture de luxe et l’automobile d’exception, Allard compte surtout sur le marché américain, notamment les États ensoleillés qui conviennent sans doute mieux à un roadster pur et dur dans la riche tradition britannique. Notons aussi que les J2X « Roger Allard » sont admissibles au Allard Register et porteront une plaque signalétique dotée d’un numéro de série Allard, confirmant ainsi l’appartenance de la voiture à la famille Allard ressuscitée.

Nul doute que Sydney approuverait.

 

Fiche technique - Allard J2X 1953 :

Empattement / Longueur / Largeur / Hauteur (cm) : 269 / 424 / 170 / 112

Poids : 995 kg

Moteur : V8, 5,4 L (350 po3), 355 ch

Transmission : manuelle, Tremec 5 vitesses

Suspensions : indépendantes

Freins : disques Wilwood

0 à 100 km/h (est.) : moins de 5 s

Prix (1953) : env. 3 000 $

Valeur (2004) : 328 000 $ US pour une J2

 

Allard J2X  MkII dans les médias:

 

FIFTH GEAR

 

TOP TEN CARS OF 2010 - Robb Report:

http://www.youtube.com/watch?v=DuxuIhJbj90

 

JAY LENO'S GARAGE

http://www.youtube.com/watch?v=aAI0IafpAsY

 

MOPAR Magazine

http://www.moparmagazine.com/2009/jan-feb/heart_of_a_hemi_soul_of_a_brit.html

 

Home Delivery

http://www.youtube.com/watch?v=j75iFRmDoFw

 

VOGUE

http://www.vogue.it/en/uomo-vogue/news/2011/01/allard-is-back

 
BLOOMBERG BUSINESS NEWS

http://www.bloomberg.com/video/china-races-into-the-fast-lane-9jwu15~NQ0GPemJpBUvstA.html